Les Socialistes contre l'Austérité

Militants ou sympathisants socialistes, nous avons fait campagne en 2012 sur la base d’une promesse de changement, de justice sociale et de progrès.

Nous voulons la réussite de la gauche au pouvoir, condition nécessaire pour la justice sociale. Mais, malgré la défaite historique des municipales, des décisions économiques allant dans le sens d’une politique d’austérité ont été prises par le gouvernement et approuvées par une majorité de députés. Nous lançons un cri d’alarme : la gauche ne réussira que si elle démontre qu’elle met en place une autre politique que celle de la droite.

Pas plus aujourd’hui qu’hier, nous ne nous reconnaissons dans les mots de la droite (« charges », « coût du travail », « flexibilité »…) et dans les choix économiques privilégiant l' "offre" sur la "demande". Nous voyons bien que la situation sociale empire toujours, nous voyons bien que l’austérité ne marche nulle part (Grèce, Espagne) alors envisager de compenser la baisse des cotisations pour les entreprises par une réduction de 50 milliards d’euros des dépenses publiques c’est prendre le risque de dégrader les conditions de vie d’un grand nombre de gens sans aucune certitude sur les emplois potentiels créés.

Il n’existe pas pour nous qu’une seule politique possible.

Des députés socialistes ont lancé un appel au gouvernement pour un « contrat de majorité » et ont formulé des contre-propositions visant à ne pas mettre en péril les acquis sociaux et les services publics. 41 d’entre eux ont décidé d’exprimer par leur vote leur volonté d’un changement de politique, conforme à ce pour quoi ils ont été élus. Nous les soutenons et nous les engageons à tenir bon dans les débats parlementaires qui s’ouvriront dès les prochaines semaines.

Nous sommes rassemblés ici pour rappeler avec eux comme avec les militants et sympathisants socialistes qui agiront en ce sens sur leurs territoires que l’austérité n’est pas incontournable.

Ce manifeste a recueilli plus de 4000 signatures au printemps 2014